Dans l’article de la semaine dernière, nous avons vu quelques alternatives pour avoir son propre atelier à moindre frais.
Toutefois si vous avez les moyens de monter votre propre atelier de poterie, je vous donne quelques clés pour choisir son emplacement.

Dans un prochain article, nous verrons comment l’organiser !

L’erreur à éviter quand on souhaite installer son atelier de poterie

L’erreur la plus courante est d’imaginer que vous pouvez vous installer n’importe où.

Nous ne parlons pas ici d’un petit coin pour du loisir, mais bel est bien d’un atelier de production de poterie. N’imaginez pas installer votre atelier dans votre salon ou votre cuisine, vous devez absolument prévoir un espace dédié.

En effet :

  • Vous allez devoir stocker un minimum de matériel, donc il vous faut de la place.
  • Vous aurez des pièces crues / sèches / biscuitées / en cours d’émaillage / émaillées : ça fait beaucoup de pièces à stocker au final !
  • Vous aurez peut-être votre propre four, je vous le souhaite, et on ne peut pas le mettre n’importe où car il génère des vapeurs toxiques !
  • La terre, ça salit : ça met globalement de la poussière partout, et la poussière de terre s’infiltre dans les moindres recoins.

J’ai connu des potiers qui ont réussi à se former à la céramique dans leur cuisine, seulement avec un tour et de la terre, mais franchement vous vous mettez dans de mauvaises conditions, qui seraient vraiment trop extrêmes pour un véritable atelier.

Les locaux possibles pour un bon atelier

Personnellement j’ai mis en place mon atelier dans mon sous-sol (qui est plutôt le rez-de-chaussée de ma maison), mais il existe de nombreuses possibilités :

  • Dans un lieu où travaillent d’autres artistes, comme des sculpteurs, des ébénistes, etc. Ils peuvent avoir de la place dans le local qu’ils louent eux-mêmes.
  • Dans votre logement :
    • Dans une pièce séparée de la maison, comme un garage, une remise
    • Dans un sous-sol
    • Si vous avez vraiment un gros budget, vous pouvez faire aménager “un cube dans mon jardin
  • Dans un local commercial ou dans un bâtiment industriel

Les critères de choix de son atelier de poterie

Ne vous lancez pas sans avoir vérifié que tous les critères sont remplis. Ce sont des recommandations, mais à vous de voir si vous vous sentez de passer outre sur un critère.

La surface

C’est un critère assez difficile à établir, tout dépendra de la taille des pièces que vous fabriquerez, du mode de façonnage et de leur quantité.
Pour un atelier avec un seul tour, des pièces utilitaires de petite taille et pour une production moyenne, 10m2 est une bonne surface. La plupart de vos murs seront pris par des étagères vous permettant de ranger vos outils et votre production.

Cette pièce ne contiendra pas votre four ! Il doit se trouver dans une pièce séparée.

Le chauffage

C’est à vous de voir si vous pouvez travailler dans un lieu non chauffé… Pour ma part c’est impossible !

Quand j’ai commencé à monter mon atelier, j’étais dans une partie de mon sous-sol qui faisait plus de 50m2, sans cloisons. J’ai essayé de fermer l’espace, mais c’était impossible de travailler en hiver. Tellement désagréable que je ne mettais les pieds à l’atelier qu’en cas d’obligation…

Depuis, j’ai changé d’endroit et je me suis installée dans une pièce de 12m2, qui est mieux isolée. J’ai un vieux chauffage à l’huile que j’allume 1h avant de descendre travailler.
De plus, j’aime travailler en tee shirt, et tourner avec un pull est juste un enfer (il faut sans cesse remonter les manches !)

Il faut noter que l’atelier doit rester hors gel toute l’année !

L’accès à l’eau

Mon rapport à l’eau au assez particulier. Quand je travaillais dans l’atelier de mon école, c’est vrai qu’il était agréable de pouvoir compter sur les grands éviers avec filtre pour nettoyer tout notre matériel.

Mais dans mon atelier, je n’ai pas d’évier pour le moment. J’utilise un seau pour récupérer la terre et la barbotine, un seau pour récupérer l’eau de tournage que je laisse décanter, et un seau pour le nettoyage.
Franchement, c’est tenable ! Mais ça devient difficile quand c’est l’hiver, que l’eau est froide, et que vous avez une production assez importante.

J’ai fait un devis pour poser un évier dans la pièce de mon atelier, qui est collé au mur de ma chaudière. J’en aurai pour 1000€. Ce n’est pas rien !

L’emplacement de l’atelier

Evitez d’avoir un local à l’étage sans ascenseur. Avec une bonne production, vous allez régulièrement devoir monter vos pains de terre, et il faut savoir s’économiser. Idem si votre four n’est pas au même étage que votre atelier : attention aux pertes avec les chutes de pièces dans les escaliers !

Evitez également les lieux trop exigus, qui impliqueraient de risquer de taper dans vos pièces en essayant de vous déplacer !

L’aération du local

Votre local doit absolument avoir une aération : une fenêtre, une bonne VMC, c’est indispensable.
Surtout, quand vous nettoyez votre atelier, ne le faites pas avec un balai qui soulèverait les poussières mais à l’eau.

Les normes de sécurité

Le local que vous choisirez doit absolument être aux normes électriques, et doit être adapté à la pratique d’une activité commerciale. Par exemple, vous avez peu de chance d’obtenir l’autorisation de votre bailleur si vous êtes en location dans un appartement !

Faites également appel à un bon assureur, notamment si vous avez un four dans votre atelier. Les risques d’incendie ne sont pas à prendre à la légère.

 

Prochaine étape : organiser son atelier pour être le plus efficace possible ! Dans cet article sur l’organisation d’un atelier de poterie, nous verrons les différentes zones importantes dans un atelier et le circuit le plus optimisé.

Newsletter

Restez au courant ! Recevez les derniers articles du site ceramiste.net et des contenus exclusifs.