Cet article n’a pas pour vocation de vous dissuader de posséder un four mais d’insister sur les dangers des émanations des fours de poterie, afin de ne jamais oublier l’importance des gestes de sécurité.
Il faut être conscient des risques potentiels et s’assurer qu’aucune personne ne soit exposée à ces risques.

Rappel du procédé de cuisson des céramiques

Pour se solidifier et changer de structure moléculaire, les pièces céramiques doivent subir une cuisson à température variable suivant le type d’argile utilisé. Une autre, voire plusieurs autres cuissons peuvent être prévues pour cuire les émaux.

Ces cuissons entraînent des émanations, du fait de l’oxydation des matières organiques, de la cuisson de certains minéraux et de la décomposition de certains éléments chimiques.

La plupart des émanations vont s’échapper par la cheminée prévue à cet effet, cependant même avec un four récent respectant les normes les plus strictes, une petite partie de ces émanations vont sortir du four directement dans la pièce où il se situe.

Certaines émanations sont inodores, mais pas moins dangereuses. Il est donc primordial de s’en prémunir.

Quels émanations pour quelles toxicités ?

Premièrement, lors de la cuisson des tessons d’argile et notamment en début de cuisson, l’argile va dégager du monoxyde de carbone et du dioxyde de carbone. Elle va également dégager des émanations de silice.

En fonction de l’argile utilisée, il va y avoir des émanations particulières. Par exemple, une terre noire chargée en manganèse va dégager de la manganèse dans les émanations du four. Des gaz comme l’oxyde d’azote ou l’oxyde de soufre peuvent être émis par une argile chargée en nitrates.

Ensuite, lors de la cuisson des émaux, des jus d’oxyde, etc, vous aurez des dégagements gazeux contenant les éléments chimiques utilisés. Ce sont les émanations les plus dangereuses.
Par exemple :

  • Du dioxyde de carbone sera émit suite à la décomposition des carbonates
  • Du chlore sera libéré pendant la décomposition des chlorures
  • Du fluor gazeux sera émis durant la décomposition des fluorures

Certains éléments chimiques peuvent se vaporiser à température élevée comme l’oxyde antimoine, le plomb, le sélénium, le cadmium, etc. Ces éléments vont s’échapper sous forme de vapeurs chimiques.
La haute température va également avoir une action sur l’oxygène et l’azote de l’air, avec la production d’oxydes d’azote et d’ozone.
Certains éléments chimiques sont si toxiques qu’ils sont déconseillés en cuisson électrique, car ils peuvent abîmer les résistances du four. C’est le cas notamment des sulfates.

Afin, sachez qu’il est même possible de retrouver dans les émanations des poussières de fibres sur certains fours ayant des parties en fibre apparente. Interdits de fabrication depuis une 20ène d’années, ils sont pourtant toujours en circulation, notamment sur les réseaux d’achat de four céramique d’occasion.

Quels sont les risques des émanations toxiques des fours céramique ?

Les risques sont souvent sous estimés, car vous ne ressentez pas forcément de gêne immédiate lors de l’inhalation.

1. Le monoxyde de carbone est très toxique par inhalation. On peut s’empoisonner très rapidement au monoxyde de carbone car il n’a pas d’odeur. Le gaz se fixe sur l’hémoglobine et asphyxie l’organisme. Une intoxication légère provoque des maux de tête, des nausées et vomissements. Une intoxication sévère peut entraîner une perte de conscience avec séquelles, voire la mort en quelques minutes.

2. La plupart des vapeurs métalliques sont toxiques par inhalation. Attention, ces vapeurs ne s’échappent pas du four qu’à haute température !

3. Certains gaz inhalés en grande quantité peuvent provoquer des problèmes pulmonaires chroniques ou aigus, comme des bronchites chroniques (par exemple le fluor, le dioxyde de soufre, le chlore, le dioxyde d’azote, l’ozone…). Certains gaz peuvent également créer des problèmes osseux.

4. Enfin, il est possible de manquer d’oxygène dans un petit local mal ventilé, car les matières organiques qui s’oxydent dans le four vont consommer l’oxygène de l’air.

Comment s’en prémunir ?

Il n’y a pas beaucoup de solutions pour se prémunir des émanations des fours de poterie.

Tout d’abord, au niveau de l’aménagement, le four ne doit pas être dans la même pièce que l’atelier. Si vous n’avez qu’un seul local, cloisonnez une petite partie pour le four, avec une extraction d’air grâce à un tuyau dirigé vers l’extérieur.

Aérez un maximum lorsque le four est en route, du début à la fin de la cuisson, mais également après la cuisson afin de renouveler l’air au maximum.

Enfin, la solution la plus efficace est de ne pas se trouver dans la même pièce qu’un four en marche. Y compris si vous aérez pendant la cuisson ! Quand cela n’est pas possible car vous êtes obligé de surveiller la cuisson, portez un maximum de protections de bonne qualité, notamment un masque à cartouche.

Vous pouvez également, suivant les autorisations de votre ville, prévoir de construire un local extérieur pour votre four, hors gel bien sûr.

Enfin, si vous n’avez aucune autre solution que de le mettre directement dans votre maison, il vaut mieux ne pas installer de four et trouver d’autres solutions pour vos cuissons. En effet, mettre un four dans son lieu de vie, c’est prendre des risques très importants pour soi et son entourage. Sachez-le bien, les émanations ne s’arrêtent pas à une porte ou un couloir et peuvent envahir l’ensemble de votre maison.

Petit rappel de la toxicité des matériaux céramique

Hors de la cuisson des fours, il est important de rappeler que beaucoup de matériaux présentent une haute toxicité. On peut citer déjà la silice, contenue dans l’argile, le fluor, le cobalt, le plomb, le cadmium, le baryum, tous les oxydes métalliques…

C’est lors de leur manipulation en état sec que ces produits sont les plus dangereux (préparation des émaux, dépoussiérage de l’atelier, finition sur les émaux posés…). Il faut donc prendre des précautions d’usage :
– Nettoyer son matériel après chaque utilisation
– Porter des protections : masque, gants, tablier, lunettes
– Laver les sols à l’eau, surtout pas au balai, et ceci fréquemment
– Aérer l’atelier régulièrement

Si vous cherchez des informations sur la toxicité de produits en particulier, vous pouvez consulter ce document très fourni http://www.ilocis.org/fr/documents/ILO063.htm