Que ce soit pour passer un CAP ou juste pour avoir deux tasses pour son café du matin, le travail de série est un gros challenge pour beaucoup de potiers.

Il n’est pas inné de savoir faire deux pièces identiques. En effet le tour de potier implique une multitude d’étapes, de gestes, de paramètres à prendre en compte, qui peuvent influer sur la hauteur, largeur, et épaisseur finale d’une pièce.

Voyons ensemble comment maîtriser la série !

Les outils

Pour avoir deux pièces identiques visuellement, rien de mieux que de faire les mesures avec des outils appropriés. Vous aurez besoin :

  • D’une règle millimetrée
  • D’un trusquin
  • De compas de potier
  • D’un compas à pointes sèches
  • Option : de guides

La règle

Toute règle conviendra mais on privilégiera une règle qui supporte l’eau bien sûr !

Une règle en métal est tout indiquée.

Le trusquin

C’est l’outil de torture des élèves de CAP ! Je m’en sers encore aujourd’hui quand je veux faire une série de pièces.
L’utilisation est simple : faites un prototype de votre pièce à la taille voulue. Positionnez les pointes de votre trusquin pour indiquer où doit arriver votre lèvre et optionnellement, un point de flexion de votre pièce.

Certains potiers changent les pointes en métal par des pointes caoutchouc, d’autres construisent un socle amovible pour le trusquin afin de le déplacer facilement entre deux pièces… A vous de voir pour customiser votre outil.

Les compas

Le compas sert à mesurer ce qui ne peut l’être avec la règle : en général le pied et le ventre de la pièce.
Le mieux est d’en avoir plusieurs. Vous réglez à l’avance vos compas (vous serrez bien les vis), et vous vous en servez tout au long de la formation de la pièce pour voir où vous en êtes.

Ils existent en bois ou en métal.

Le compas à pointes sèches

Utilisé notamment pour relever les distances sur une carte marine, ou pour le bricolage, le compas à pointes sèches est parfait pour marquer le pied d’une pièce au tournassage.

Je peux vous conseiller la marque FACOM, mais attention ! évitez le contact de l’eau car il rouille facilement !

Les guides

Vous pouvez fabriquer vos propres guides quand vous commencez à avoir une production conséquente d’une même pièce.

Les guides peuvent être fabriqués en bois, en plastique, en radio…

Ils peuvent soit être utilisés juste pour vérifier la forme de la pièce finale, soit comme carrément comme estèque !
Pas exemple Garrity Tools propose un nombre impressionnant d’estèques, pouvant pas conséquent servir de guide.

Certains potiers n’ont que quelques formes dans leur catalogue et ces formes deviennent tellement ancrées en eux qu’ils les façonnent à l’instinct. Mais nous ne sommes certainement pas tous dans ce cas ! Donc n’hésitez pas à vous entourer d’outils pour réussir vos séries.

La technique de la série

Pré-requis :

  • Partir toujours avec le même poids de terre
  • Partir avec la même consistance de terre

Pour avoir des pièces identiques, voici la marche à suivre :

  1. Tourner un prototype pour déterminer votre forme et le poids de terre nécessaire (si vous partez d’un dessin technique vous pouvez passer cette partie)
  2. Placez votre trusquin en identifiant le ou les points stratégiques de la pièce
  3. Tournez une autre balle de terre en mesurant TOUTES les étapes. L’objectif est qu’à chaque nouvelle étape, vous ayez la mesure exacte de votre pièce, afin de reproduire ces étapes au fur et à mesure :
    • Taille de la balle centrée (hauteur largeur)
    • Hauteur du fond
    • Largeur de l’ouverture
    • Hauteur de la prétirure et épaisseur des parois
    • Hauteur / largeur de chaque vague montée pour un cylindre
    • Etc.

Pourquoi mesurer toutes ces étapes ? Si vous avez un coup 10mm de fond, puis 7mm de fond, où va aller cette terre ?
Même si vous reproduisez tous les autres gestes à l’identique, vous aurez forcément un moment où la pièce sera soit plus haute, soit plus large, soit avec des parois plus épaisses, car la terre « en trop » sera répartie dans les parois.

Quand vous avez toutes ces mesures (que je vous conseille d’avoir noté sur un papier), vous pouvez recommencer d’autres pièces en respectant les mesures de chaque étape.

A force (après 2/3 pièces pour les habitués, mais parfois une 10ène pour les débutants), vous réussirez à avoir des pièces identiques.

Le tournassage et garnissage

Le tournassage a cela de magique qu’il permet de retirer de la terre au niveau du pied, et donc de corriger les éventuelles imperfections du tournage.
En CAP, on évite d’utiliser le tournassage pour corriger une forme, car cela implique une perte de temps beaucoup trop importante, mais dans un atelier vous n’avez pas la pression de l’épreuve.

serie entrainement CAP tournage céramique

Quelques points importants : 

  • Si un millimètre de différence entre la largeur de 2 bols n’est pas dramatique, un millimètre au niveau du pied de deux pièces tournassées se verra comme le nez au milieu de la figure.
  • Au tournage attention à ne pas tourner faire un pied trop petit, auquel cas le tournassage ne pourra pas rattraper les imperfections.
  • Attention également à l’intérieur de vos pièces. On ne tournasse généralement pas l’intérieur des pièces, surtout en CAP ! Donc essayez d’avoir un intérieur identique entre toutes les pièces au moment du tournage. Le tournassage permettra de corriger l’extérieur de la pièce.

La technique de tournassage pour la série 

Pour avoir un visuel de « série » au tournassage, c’est plus simple. Vous devez tout mesurer : la largeur extérieure, intérieure et la profondeur du pied. Utilisez le compas à double pointe pour marquer le pied avant de tournasser.

Le plus difficile est de respecter la forme de la pièce. Pour cela vous pouvez utiliser un guide en papier que vous aurez découpé. Avoir votre première pièce tournassée devant vous peut également vous aider !

Le garnissage

Ultime étape, le garnissage peut soit rendre toutes vos pièces différentes ou aider à les rendre identiques.

Par exemple pour vos anses, si elles sont toutes identiques et posées exactement pareil, elles donneront vraiment une impression de série à des tasses ayant des petits défauts.
En revanche, si vos anses sont trop différentes, posées sur des tasses identiques elles casseront l’impression de série.

Le maître mot : entraînement

Une fois que vous avez toutes ces techniques en main, il ne vous reste qu’une chose à faire : vous entraîner !

Déjà, quand vous vous lancez dans un travail de série, ne faites pas 5 pièces ! Préparez 10 ou 20 balles de terre et prenez l’après midi pour confectionner vos pièces sans vous arrêter. Vous verrez qu’à la fin, c’est votre corps, vos mains qui tourneront, et plus votre tête.

Ensuite, tournez le plus souvent possible ! Tout est question d’entraînement, et je ne doute absolument pas qu’avec de la persévérance, vous y arriverez !

Newsletter

Restez au courant ! Recevez les derniers articles du site ceramiste.net et des contenus exclusifs.

1
0
J'aimerais beaucoup avoir votre avis ! Laissez un commentaire en bas d'article !x
()
x