J’ai mis longtemps à me décider à écrire cet article. Après un an avec le Keramikos 100S Surprise et tous les déboires subis, je ne voulais pas incriminer la marque.

Sauf que pour faire un choix éclairé, il faut connaître les avantages ET les défauts… Surtout pour un investissement à 2500€ !
Avec cet article, je souhaite avant tout donner mon avis sur le four Keramikos, donc un nouvel éclairage sur ce four, pour aider à la prise de décision des céramistes.

D’où viennent les fours Keramikos

Keramikos est une société basée à Haarlem aux Pays-bas. Les premiers fours Keramikos ayant été importés en France ne faisaient pas plus de 50L et étaient réservés pour de la basse température.

Il est important de noter, pour comprendre la suite de l’article, qu’aux Pays-bas, le voltage délivré par leur fournisseur d’électricité avoisine facilement les 240V, en permanence.

Pourquoi j’ai choisi un four Keramikos

Quand j’ai décidé d’ouvrir mon propre atelier de poterie, je n’avais pas un budget conséquent. J’ai économisé et lancé un financement participatif afin de m’acheter mon premier four.

Mes trois critères étaient les suivants. Le four devait :

  1. Fonctionner sur du 230V en monophasé
  2. Avoir une contenance d’environ 80L
  3. Ne pas dépasser 3000€

J’hésitais à l’époque entre acheter un petit Rohde de 60L à 3000€ (l’ECOTOP) et un four plus grand permettant d’avoir une production plus importante.
A force de discussions et de réflexion, j’ai écarté la piste du 60L. Un four est un investissement long terme et je savais qu’un 60L serait trop petit dans un an ou deux.

Mes recherches de fours d’occasion ont duré plus d’un an, et j’ai fini par me résoudre à acheter du neuf.
Pour rester dans mon budget, et parce que Keramikos n’avait pas de mauvais avis sur le net, j’ai choisis le four Surprise 100L de Keramikos.
A cette époque, le fournisseur m’indique qu’il est censé être plus puissant que les autres fours, capable de monter à 1280°C, et qu’il est équivalent en qualité au haut de gamme de Nabertherm ou un Rohde.

Je l’ai donc acheté le 30 juin 2020, reçu en août, et j’ai pu faire les travaux d’électricité fin septembre.

L’électricien m’a coûté 600€ (changement de différentiel, câble dédié tiré jusqu’au four). J’ai aussi fait augmenter la puissance de mon abonnement EDF à 12 kva afin de supporter les 7,2W du four sans risquer d’avoir l’électricité qui saute si j’oubliais la machine à laver durant une cuisson…

J’ai enfin pu lancer la cuisson de rodage de mon four le 25 octobre 2020, avec beaucoup d’émotion !

C’est à partir de là que les galères ont commencé.

Mon expérience sur le Surprise 100L Keramikos

J’ai tenu pendant 1 an un journal de cuissons. J’ai eu deux types de problèmes :

1/ Une montée en température lente, voire très lente.
Je pouvais atteindre plus de 15h de cuisson alors que je demandais « seulement » 1260°C. Une cuisson d’émail me coûtait dans les 20€ d’électricité, ce qui fait beaucoup.

2/ L’erreur F1 du four Keramikos, ou l’erreur F1 de la mort
Cette erreur m’a pourri des nuits entières. Nous allons voir les cas « normaux » d’erreur F1 et mon cas particulier

L’erreur F1 du four Keramikos dans une situation normale

Dans le manuel, voici l’explication : 

Ce message d’erreur apparaît si la température du ventilateur n’a pas augmenté depuis 20 minutes alors que le four fonctionne à pleine puissance.

Causes possibles:

  • Élément chauffant usé ou cassé.
  • Le contact du couvercle est cassé ou n’établit pas un contact suffisant.
  • Le fusible est cassé (dans votre boîte de prise)
  • Thermocouple défectueux

La première fois que j’ai vu cette erreur, c’était au cours de la cuisson de rodage. C’était dû à la petite patte de  fermeture du four, qui peut se dilater avec la chaleur. J’ai donc juste adapté la taille de cette patte grâce à la vis et c’était reparti.

Pour les autres causes possibles, si votre four indique l’erreur F1 avant d’être au-delà de 1000°C, il est très probable que ce soit « juste » une pièce du four qui soit défectueuse.
Faites faire un diagnostic par votre fournisseur ou un électricien qui s’y connaît.

Si la haute température est difficilement atteignable, il faut également écarter la possibilité qu’une résistance ait un problème. Je vous donne dans cet article une technique sécurisée pour tester vos résistances.

Le « cas particulier » de mon four et de mon atelier

L’erreur F1 est ensuite arrivée de temps en temps, puis de plus en plus souvent sur les cuissons HT.
Le four était incapable de monter au dessus de 1250°C, et s’arrêtait parfois avant d’atteindre les 1200°C.

Malgré mes nombreux emails au fournisseur, je suis longtemps restée sans réponse, persuadée que j’avais juste la poisse, que ça venait de chez moi ou je ne sais quoi.
Je me voyais déjà abandonner la haute température, alors que ce four était censé pouvoir monter à 1320°C d’après la description du produit.

N’étant pas une personne très procédurière et parce que je déteste le conflit, j’ai laissé tomber pendant un temps, résignée, jonglant entre des cuissons réussies et ratées.
En mars 2021 toutefois, j’ai fini par me décider à trouver une solution, quitte à faire marcher la garantie et demander un remboursement du four.

J’avais écarté toutes les causes possibles, donc il ne restait plus que la théorie avancée par Keramikos / mon fournisseur : un manque de puissance du fournisseur d’électricité, à savoir EDF. J’ai alors effectué de nombreux tests. En effet, il arrivait parfois que lorsque le four se mettait en marche, la tension au domino du four baissait de 230 à 220V.

Voilà, j’avais « la réponse », mon électricité était en cause, c’était fichu, j’y pouvais rien et je n’avais plus qu’à faire de la basse température…

Sauf que…

Je vous le dis tout de suite : non non non et NON, il n’y a pas d’histoire de « c’est compliqué en hiver » ! Il n’y a pas d’histoire de « EDF ne délivre pas assez de puissance » !
Déjà, mes problèmes de four arrivaient aussi bien en hiver qu’en juillet, donc le premier point était caduque.
Ensuite, vous pourrez avoir du 210V avec un Rohde, il montera parfaitement en température, alors qu’un Keramikos ne pourra pas ! 

Ce qu’on ne vous dit pas sur les fours Keramikos

J’ai lancé une bouteille à la mer sur les réseaux sociaux, et je me suis rendue compte que je n’étais pas seule.
J’ai donc discuté avec plusieurs personnes, nous avons échangé les informations de nos journaux de cuissons, nos échanges avec des électriciens, avec d’autres fournisseurs de fours, etc.

J’ai fait venir un électricien qui m’a confirmé que pour lui il n’y avait pas de raison qu’une baisse de tension empêche le four de monter. J’ai également eu au téléphone un réparateur de fours indépendant qui m’a confirmé que la situation n’était pas isolée.
Il n’était pas possible de faire venir un technicien de chez mon fournisseur, je devais payer moi-même quelqu’un et je n’avais pas les moyens.

On m’a proposé de changer mes résistances pour des « plus puissantes », mais cela impliquait de refaire mon électricité et je n’avais clairement pas les moyens.

A force, il a fallu se rendre à l’évidence : le four Keramikos 100L Surprise n’est pas destiné à un atelier professionnel pour de la haute température.
Il convient pour une pratique occasionnelle, il convient si vous n’avez pas besoin d’être exigeant avec vos cuissons.

Le fournisseur a été en fin de compte arrangeant, même s’il a fallu que j’en arrive à sortir de mes gonds au téléphone. Il m’a proposé un échange avec une autre marque qui fonctionne parfaitement bien, malgré mon électricité un peu capricieuse (il fonctionne aujourd’hui mais je suis passée par d’autres galères, que j’exposerai dans un autre article).

Pourquoi le four Keramikos n’est pas fait pour la haute température ?

Attention, je ne dis pas que vous avez toutes les chances de galérer avec ce four. Je dis juste qu’il est probable d’avoir ce souci et qu’il faut que vous en soyez conscient avant de penser que le problème vient de vous.

Je ne m’étais pas rendue compte de la différence de conception entre Keramikos et Rohde avant de recevoir ce dernier à l’atelier. Je ne pouvais pas m’en rendre compte étant donné que le fournisseur mettait en avant une qualité soit disant équivalente.

La structure du four

La différence principale est la taille des briques réfractaires.

Les briques du Keramikos sont significativement plus petites que les briques des autres fours. Cela implique une déperdition de chaleur importante lors de la chauffe. D’ailleurs, quand je faisais une cuisson d’émail, l’atelier devenait lui-même « un four », avec plus de 30°C dans la pièce. Avec le Rohde, on sent que le four irradie mais ça s’arrête là.

Les résistances et l’électronique

Je pense qu’il y a des différences au niveau des résistances et de l’électronique, mais ayant perdu mon ancien téléphone et toutes les dernières photos que j’avais faites, donc l’intérieur du four Keramikos (sous le capot), je ne peux pas faire de comparaison sur ce point (je n’ai pas retenu la manière dont c’était fait).

Si l’un d’entre vous veut m’aider à compléter ce point, n’hésitez pas à m’envoyer des photos, que je puisse comparer.

L’absence de regard

Enfin, cette différence n’affecte pas la montée en température mais a un impact significatif sur la durée de vie de vos résistances et du four : l’absence de regard sur le Keramikos.

Les Keramikos n’ont ni regard, ni arrivée d’air. Pour faire une comparaison, imaginez une cocotte minute. Quand vous mettez votre cocotte sous pression, l’humidité finit par sortir par la soupape de sécurité quand la pression est au maximum ?
Hé bien avec le Keramikos c’est pareil. Vous avez plusieurs kilos de terre encore humides dans votre four (l’eau de séchage est partie, mais il reste l’eau de constitution) et vous chauffez jusqu’à ce que la pression soit telle que l’humidité essaiera de sortir par là où elle peut.

Comme le four est mal isolé, elle réussit à s’échapper, mais elle s’insinue dans les briques, par tous les interstices, et prend bien le temps d’oxyder les résistances.

Dans un four professionnel, il y a une arrivée d’air et un regard. Dans la notice on vous explique bien que tout doit rester ouvert jusqu’à 600°C, moment où l’eau toute l’eau, y compris de constitution, est partie des pièces.

Conclusion

Je sais que cet article peut paraître à charge contre la marque. Mais mon objectif est de vous aider à faire votre choix de manière éclairée. En effet, vous ne verrez pas d’autres avis négatif sur ces fours, à part si vous fouillez sur des groupes Facebook.
Un secret connu uniquement des techniciens, que je ne voulais plus secret ! 

Le four Keramikos est un choix à réserver pour un petit atelier qui fait de la basse température ou du grès basse température, et qui n’est pas trop regardant sur la qualité des cuissons. Si vous avez un tout petit budget, je vous conseille de vous tourner vers un plus petit volume d’une autre marque, ou de remettre à plus tard votre achat de four. 

 

Newsletter

Restez au courant ! Recevez les derniers articles du site ceramiste.net et des contenus exclusifs.

9
0
J'aimerais beaucoup avoir votre avis ! Laissez un commentaire en bas d'article !x