Vous vous êtes laissé.e surprendre par le gel dans votre atelier, résultat : les pains de terre, les émaux, les pièces en train de sécher et les biscuits ont gelé…
Est-ce ce grave ? Que faire dans ces cas-là ?

Tout d’abord, il faut savoir que rien n’est perdu. Rattraper les dégâts du gel va vous prendre un peu de temps mais aucun matériau n’est à jeter.

La terre a gelé

A l’état naturel, la terre gèle et dégèle toute l’année, donc c’est une drôle d’idée de penser que la terre puisse être irrémédiablement abîmée suite au gel. Toutefois, il faut que vous soyez prêt à passer beaucoup de temps à récupérer vos pains de terre gelés…

Si le gel n’a pas été trop fort, juste en dessous de 0°C, vous pouvez simplement patienter pour que votre terre se dégèle. En revanche, s’il a gelé vraiment fort, il est possible que l’eau contenue dans la terre se soit séparée de la terre. Elle se consolide en cristaux de glace, qui en fondant, laissent un grand nombre de micro-trous. De plus, la terre ayant perdu de l’eau, va être particulièrement dure.

Il va donc falloir rebattre toute la terre.
Un petit conseil, avant d’ouvrir vos pains de terre, jetez-les plusieurs fois au sol (toujours dans leur plastique) afin que la terre s’attendrisse.
Il faut ensuite rebattre patiemment toute la terre afin de lui redonner son élasticité…

Limiter les risques de gel

Il est possible de limiter les risques de gel en rangeant ses pains de terre les uns contre les autres et en les protégeant de couvertures, de papier bulle, ou de toute autre matière isolante.
Certaines personnes conservent d’ailleurs leurs pains de terre à l’extérieur de leur atelier, dans un vieux congélateur par exemple.

Les émaux et engobes ont gelé

Techniquement, les émaux ne craignent pas grand-chose. Ce sont des éléments ne pouvant se dégrader au gel, plongés dans de l’eau. Seule l’eau va vraiment geler. Pareil pour les engobes.

En revanche, vous aurez sûrement besoin de retamiser vos émaux et engobes.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Si vous savez qu’il risque de geler et que vous avez peu d’émaux, rangez-les hors gel. Sinon, essayez de les couvrir avec des couvertures et de serrer les pots les uns contre les autres au maximum.

Le cas des émaux avec adjuvants

A noter que certains émaux, contenant des adjuvants organiques comme les colles ou adjuvants acrylique, peuvent être abîmés définitivement par le gel.

Les pièces en train de sécher ont gelé

Là, c’est plus embêtant. En effet, vos pièces risquent à un moment ou à un autre de se fissurer. C’est en effet la présence de l’eau, dans tous les cas, qui est un problème. Même apparemment sèche, une pièce peut garder un très bas taux d’humidité, et si cette eau a gelé, elle créera des problèmes de bulle ou de fissure dans votre pièce.

Le plus sage est alors de recycler vos pièces dans un seau d’eau, et de réutiliser cette terre plus tard.

Pour éviter cela, sachez que certaines personnes ayant une production assez légère mettent leurs pièces à sécher directement dans le four durant les périodes très froides. Il suffit alors de fermer le four pour éviter que les pièces ne gèlent.
Bien sûr, s’il fait si froid que même votre four indique une température négative, alors il n’y a pas d’autre solution que de mettre vos pièces dans un endroit hors gel. 

Les biscuits ont gelé

L’eau de constitution de la terre s’est évaporée au stade biscuit. Ils ne devraient donc pas avoir de problème, à moins qu’ils aient été humidifiés.
Par exemple, si vous aviez appliquer votre émail sur vos biscuits, et qu’ils ont gelé avant d’être mis au four, il est possible que vous ayez des soucis d’adhérence de l’email.

Ne pas émailler après qu’il ait gelé à l’atelier

Une autre chose importante : un tesson très froid peut se couvrir de condensation, posant problème pour la pose de l’émail (problème d’adhérence).
Evitez donc de faire votre séance d’émaillage juste après une période de gel !

Mieux vaut prévenir que guérir !

C’est le conseil le plus important que je puisse vous donner. A moins que vous habitiez dans une région très, très froide, où il gèle pendant de longues périodes et que la température descend très bas, il est assez simple d’éviter les dégâts à l’atelier. 

Mettez hors gel tout produit ou pièce fragile quand vous voyez une vague de froid arriver. Pour les matériaux en grande quantité (terre, émaux), serrez-les les uns contre les autres et couvrez-les. La chaleur accumulée avant le gel va être diffusée heure après heure et vous échapperez peut-être au coup de froid. 

Newsletter

Restez au courant ! Recevez les derniers articles du site ceramiste.net et des contenus exclusifs.

0
J'aimerais beaucoup avoir votre avis ! Laissez un commentaire en bas d'article !x
()
x