En tant qu’apprentie céramiste, une des premières choses que j’ai apprise, c’est de ne pas avoir peur de recycler la majeure partie de mes pièces, pour ne garder que les meilleures.
Mais que faire des pièces “ratées” ? Comment recycler à l’infini cette matière première naturelle aux propriétés étonnantes ?

Le recyclage de l’argile

Il y a plusieurs raisons qui m’ont toujours incitée à recycler l’argile :

  • Un pain de terre a un coût. A 1€ le kg pour les terres les moins chères, il n’est pas question pour un petit atelier comme le mien de jeter l’argent par les fenêtres !
  • Quand on peut recycler, il faut recycler ! Je fonctionne comme cela pour mon composteur, pour les vieux vêtements, pour le bois, pour tout objet pouvant être réutilisé pour une seconde vie.
  • Pour atteindre la perfection, il faut s’entraîner et mettre de côté les pièces ratées ou d’entraînement. C’est comme cela que je vois ma pratique sur le long terme.

Toutefois, on ne va pas se mentir, le recyclage de la terre peut être très fastidieux. Voici les différentes techniques de recyclage et erreurs à ne pas faire. 

L’outillage

Pour facilement recycler la terre, voici le matériel indispensable :

  • Un carreau de plâtre : vous le trouverez dans tous les grands magasins de bricolage proposant une “cour des matériaux”
  • Des seaux, de préférence avec couvercle pour éviter l’évaporation et / ou les salissures : les seaux de crème fraîche sont souvent utilisés, bien qu’ils ne soient pas très grands, leur format permet de les porter, même remplis, sans se faire mal au dos
  • Une surface dure où vous pourrez casser des morceaux de terre au marteau
  • Des linges comme de vieux torchons

Recycler des pièces “ratées”

Il y a plusieurs cas de figure, impliquant une technique de recyclage différente.

Pour la terre issue du tournage

Quand vous tournez une pièce au tour, vous humidifiez constamment la terre. Elle se charge alors en eau. Si vous ratez une pièce, la terre qui en est issue est unitilisable en l’état.

Pour la recycler, c’est très simple : mettez tous vos déchets de tournage dans un seau propre. A la fin de votre session de travail, déposez la terre sur une plaque de plâtre (le plâtre va très rapidement absorber l’excès d’eau).
Après quelques heures (à peine 2 ou 3 si vous utilisez peu d’eau au tournage) battez la terre directement sur la plaque de plâtre, et vous voilà avec un nouveau pain de terre !

Attention bien sûr à ne pas laisser trop longtemps la terre sur la plaque de plâtre pour éviter de devoir la réhumidifier !

Pour la terre issue du modelage

La terre issue du travail à la plaque, d’une sculpture ou de tout autre travail sans apport d’eau aura tendance à sécher en cours de travail. Elle sera donc inutilisable ensuite, bien qu’encore assez malléable.

Pour la recycler, vous pouvez mettre en boule tous les déchets, tremper la boule dans l’eau et l’enrouler d’un linge humide, puis d’un sac plastique. 
Après un jour où deux, toute l’eau aura été uniformément absorbée et vous pourrez battre votre terre.

Si vous voyez que la terre est trop sèche, refaites ce procédé plusieurs fois, ou bien laissez votre boule toute la nuit dans un seau d’eau avant de l’enrouler dans un linge.

Pour les pièces sèches ou en cours de séchage

Le mieux à faire pour ce genre de pièces est d’attendre le séchage total, puis de réduire en morceaux les pièces.

Mettez ensuite ces morceaux dans un seau et recouvrez d’eau. Après quelques jours, vous en sortirez une pâte qui pourra être étalée sur votre plaque de plâtre. Attention cependant, il est possible qu’une couche d’eau se soit formée au dessus, pensez à l’enlever en premier lieu à l’aide d’une éponge ou d’un petit récipient.

On voit bien les morceaux de pièces cassées, dont une partie s’est délitée au fond

Recycler un pain de terre trop sec

Il peut arriver que vous ayez mal stocké un pain de terre, ou que vous n’ayez pas vu un trou dans le plastique, ou encore que vous ayez complètement oublié votre terre sur votre plaque de plâtre…

La solution est simple :

  • Si le pain de terre est très dur mais pas sec, vous pouvez utiliser la technique décrite dans la section “la terre issue du modelage”, en coupant si possible, ou en cassant, des morceaux de terre pas trop gros.
  • Si la terre est totalement sèche, alors préparez votre marteau ! Faites-en des morceaux, et recyclez la terre comme dans la section “pièces sèches”.
boule argile sèche

Le syndrome du bout de terre oublié au fond de l’atelier

La “chambre humide” pour mieux conserver l’argile

Afin d’éviter l’assèchement trop rapide de vos pains de terre, il est nécessaire de les entourer soigneusement de plastique. Le mieux étant un plastique fin bien collé à la terre + un plastique épais tout autour.

Cependant, il existe une solution très simple et efficace pour conserver sa terre sans s’en préoccuper : la “chambre humide”.
Alors non, vous n’allez pas dédier une chambre à votre terre… Vous pouvez tout simplement utiliser un vieux frigo ou un vieux congélateur encore hermétique. Placez un récipient contenant de l’eau au fond et vos pains de terre dans la “chambre humide” créée, et le tour est joué !

Certains potiers dédient par exemple un gros congélateur au stockage de leurs pains de terre. Ce congélateur peut être mis au fond du jardin (protégé de la pluie quand même), la terre est ainsi protégée du gel et n’encombre pas votre atelier. 

Les erreurs à éviter

Difficile de faire des erreurs dans le recyclage : trop sec, trop humide, ça finit toujours par se rattraper.
En revanche, il y a une chose qu’il faut éviter : recycler une terre “polluée”.

Au tout début, lorsque je me formais encore seule, j’ai fait la mauvaise expérience du recyclage d’une terre qui avait été contaminée par quelques bactéries venues de je-ne-sais-où.
En effet, j’avais pris l’habitude de rincer mon matériel avec un peu trop d’eau, et pour ne pas boucher mes canalisations, je réutilisais cette eau de jours en jours.
Bien sûr, je n’avais pas encore de seau avec couvercle… Et mon chat passait régulièrement dans le coin.

Entre la poussière dégagée par le chat et les passages + certainement des peaux mortes dues au simple fait qu’on travaille avec les mains… L’eau a fini par avoir une odeur bizarre. J’ai voulu recycler jusqu’au moindre grain de terre de cette eau, et franchement, je n’ai récupéré que 300 ou 400 grammes. Sauf qu’à la fin la terre avait une odeur tout bonnement affreuse !

Cette odeur part bien sûr avec la cuisson, mais ce n’est pas agréable du tout. Pour une petite boule de terre et un travail fou pour recycler cette terre super liquide, ça ne valait pas le coup.

En conclusion il faut trouver le juste milieu. Ne recyclez pas à tout prix mais ayez un usage modéré de l’eau pour éviter de devoir en jeter des litres contenant encore des particules de terre.

Newsletter

Restez au courant ! Recevez les derniers articles du site ceramiste.net et des contenus exclusifs.